La Guerre Civile Numérique - Paul Jorion

[![](http://www.bertrand-soulier.com/content/uploads/2011/07/wpid-Photo-20-juil.-2011-1120.jpg)](http://www.bertrand-soulier.com/content/uploads/2011/07/wpid-Photo-20-juil.-2011-1120.jpg)
Je ne connaissais pas [Paul Jorion](http://www.pauljorion.com/) avant de l’avoir vu à la télévision dans l’émission *Ce soir ou jamais* sur France 3. Bien que son blog soit numéro un de la catégorie économie de Wikio avec pas moins de 100.000 lecteurs par mois, je n’en suis pas un lecteur et ne l’avais jamais vu. Mais le propos ce soir là dans cette émission me semblait intéressant et je suis allé acheter son livre quelques jours après.

La guerre civile numérique est en fait un entretien. Le livre fait une centaine de pages étroites donc se lit très rapidement. Le propos le fait lire encore plus vite. Le livre est sous la forme d’un entretien avec des questions de Régis Meyran et des réponses de Paul Jorion. Une forme qui donne un rythme.

Le livre est divisé en trois grandes parties. La première s’intéresse au hacktivistes et en particulier au cas Assange et WikiLeaks. Paul Jorion ne se lance pas dans la défense ou la condamnation mais dans la mise en relation d’éléments d’actualité et de comportements. Il y a un peu de technique mais très peu. Il montre surtout le comportement très ambigu de l’Etat américain et de grandes sociétés qui travaillent pour elles. Vous comprendrez alors pourquoi deux parties de la population se dressent l’une contre l’autre par le biais de nouveaux outils et que les moyens utilisés par les états ne sont pas beaucoup plus propre que ceux décris comme de dangereux ennemis.

La seconde partie est peut être un peu plus ardue car il explique pourquoi nous sommes dans une situation prérévolutionnaire avec une remise en cause forte des mécanismes du capitalisme. Il montre aussi très bien comment Internet permet aux idées de se diffuser plus vite. Voilà de quoi faire peur aux gouvernements même si pour lui il est pour autant impossible de couper le réseau pour empêcher toute révolution.

La dernière partie est plus centrée sur le blog de l’auteur et sur la place des blogs. Il est très intéressant de comprendre pourquoi son blog s’est trouvé au coeur de la crise financière et est devenu comme le témoignage d’un correspondant de guerre. Une position que ne peut occuper aucun journal et qui fait dire à Paul Jorion que ce n’est pas la qualité du journalisme qui baisse mais la qualité des blogs, ou d’un blog à un moment donné qui monte.

Globalement le livre est passionnant. J’ai moins accroché sur la seconde partie mais elle est fondamentale pour comprendre l’ensemble du raisonnement. Paul Jorion a un CV totalement atypique et il est capable de mêler de nombreuses disciplines pour appuyer son propos.

Exemple avec une phrase que je trouve emblématique de la situation actuelle et du livre. Paul Jorion cite le milliardaire Warren Buffet : « Biens sûr que la lutte des classes existe, seulement c’est ma classe, celle des riches, qui la mène, et le fait est que nous sommes en train de la gagner. »

Paul Jorion ne mâche pas ses mots et l’affirme tout au long du livre. La guerre civile est déclarée, et la déclaration de guerre vient d’en haut. Un livre à lire de toute urgence pour comprendre pourquoi !