/ Politique

La nomination de Frédéric Lefebvre serait la pire nouvelle pour l'internet français

Selon le site PCinpact, Frédéric Lefebvre, député UMP des Hauts-de-Seine et porte-parole de l’UMP serait maintenant pressenti au poste de secrétaire d’Etat en charge de l’Economie numérique pour remplacer Eric Beson.

Si on voulait finir 2008 sur une très mauvaise nouvelle la voilà tant cet homme ne comprend rien à l’internet. Pour lui internet se résume à ça :

« L’absence de régulation du Net provoque chaque jour des victimes ! Combien faudra-t-il de jeunes filles violées pour que les autorités réagissent ? Combien faudra-t-il de morts suite à l’absorption de faux médicaments ? Combien faudra-t-il d’adolescents manipulés ? Combien faudra-t-il de bombes artisanales explosant aux quatre coins du monde ? Combien faudra-t-il de créateurs ruinés par le pillage de leurs œuvres ? Il est temps, mes chers collègues, que se réunisse un G20 du Net qui décide de réguler ce mode de communication moderne envahi par toutes les mafias du monde. […]
La mafia s’est toujours développée là ou l’État était absent ; de même, les trafiquants d’armes, de médicaments ou d’objets volés et les proxénètes ont trouvé refuge sur Internet, et les psychopathes, les violeurs, les racistes et les voleurs y ont fait leur nid.
»

Ce n’est pas parce qu’on est le suppléant d’André Santini que l’on est qualifié pour prendre une telle place. Si son contrôle d’internet par le CSA ou ses taxes sur les plateformes vidéos ont pour l’instant été refusées par les députés, cette nomination serait un bien mauvais signe pour l’internet français et ses acteurs et le signal que ces propositions vont revenir.

Je n’ose imaginer ce qu’il y a encore dans la tête de cet énergumène, issu de la mafia politique du 92, et qui n’a jamais été vraiment élu. Député via la suppléance de Santini, conseiller régional via une élection de liste, il n’a ainsi jamais été tête de liste et confronté réellement aux électeurs et au suffrage. Il est la parfaite illustration d’une bourgeoisie politique qui ne fait que préserver ses propres intérêts et ceux de leurs amis.

Quel signal fort aussi envoyé au reste du monde par le soit disant pays des droits de l’Homme quand on imagine placer à un tel poste une personne qui n’a en tête que la réduction de la liberté fondamentale d’expression du citoyen. Quand on vous dit que bientôt la France sera la Chine ! En attendant je vais vomir…

Edit : Contacté par l’Express, Pierre Kosciusko-Morizet, président et co-fondateur de Price Minister et directeur de l’Acsel (Association pour le commerce et les services en ligne) espère que cette nouvelle est « une mauvaise blague« . Pour lui  » lorsqu’on entend ses propos à l’Assemblée nationale, lors du débat sur le paquet audiovisuel on pense que c’est un fou qui a prononcé ces mots.«