Ethudes & Thunes : bel exemple de récit multimédia

Etudes & thunes

Etudes & Thunes est un joli exemple de récit multimédia. Réalisé par des étudiants en journalisme, il explore la relation entre étudiants et argent sous la forme d’un reportage multimédia non-linéaire. C’est ce qui en fait un très bon exemple mais qui montre aussi toute la difficulté de l’exercice.

Le multimédia permet beaucoup de choses. On peut mixer textes, vidéo, audio, photo mais ce qui fait la différence entre ce reportage et d’autres c’est la mise en scène de l’information. L’écriture multimédia permet d’éviter ce qui est imposé sur d’autres médias : la linéarité. Ici, une voix off introduit le sujet et les thématiques, présente les personnes, les lieux mais à vous de piocher dans les différents médias de passer d’un thème à l’autre comme bon vous semble.

La difficulté du multimedia storytelling c’est sa mise en place lourde et complexe mais aussi sortir de la linéarité dont nous avons tant l’habitude, en particulier à la télévision : dans un reportage d’une heure le narrateur ou le journaliste vous conduit à la rencontre des sujets et des personnages, choisi de vous montrer telle anecdote ou est contraint de ne pas montrer certaines choses. Avec le récit multimédia, on laisse finalement l’internaute prendre ce qui l’intéresse et construire sa propre histoire à travers des médias non redondants : on ne raconte pas en texte ce que l’on a déjà dans une vidéo ou qu’une personne dit dans une interview. Voilà qui demande une logique particulière pour le journaliste mais aussi finalement pour l’internaute qui consulte.

On a peut être ici un prototype du reportage magazine du futur. Mais produire un tel reportage est une vraie difficulté. Il faut manier ici plusieurs médias mais aussi construire une interface, ici en Flash. Voilà qui demande un vrai budget et qui me semble compliqué à gérer par une rédaction traditionnelle.

C’est peut être par contre une piste pour des équipes indépendantes : on a finalement un reportage multimédia indépendant et donc vendable à des médias en ligne ou pourquoi pas directement au consommateur. Un peu comme un réalisateur de documentaire vend son film, des réalisateurs multimédia vendront-ils de tels récits multimédias. Le Michael Moore du futur réalisera sûrement un jour ses documentaires sous cette forme…