/ auvergne

Je m'en vais....

… mais pas d’ici, rassurez vous !!! Comme vous le savez, je m’occupais jusqu’à maintenant du site du Clermont Foot Auvergne qui évolue en Ligue 2. J’avais accepté voilà deux ans de donner un coup de main, et de fil en aiguille je me suis retrouvé à gérer au quotidien et bénévolement ce site. Après avoir assaini le forum, refondu techniquement et graphiquement le site, multiplié par 10 les visiteurs, je tire aujourd’hui ma révérence.

L’argent n’entre aucunement en compte dans ce type de décision. Gérer un site de club pro au quotidien est quelque chose de passionant mais aussi de terriblement usant. Le joueur de foot est un être assez particulier, laissé volontairement dans l’enfance par les formateurs, les entraîneurs, et les agents, des sortes de gamins trop gâtés qui ne savent pas le bonheur de jouer en étant aussi bien payé. Tout le club tourne pour eux : les commerciaux cherchent des sponsors pour payer leurs salaires, ils sont soignés, massés, pédicurés, les spectateurs viennent les voir, les arbitres leurs mettent des cartons, la presse les interview,…

Bref, un club c’est d’abord des joueurs, bien payés, et ensuite une organisation pour que le reste du club fonctionne. Le site fait partie de cette logique : on prend des photos des joueurs, on fait des résumés des matches, publie des interviews, annonce les nouvelles signatures… Bref le site est un vecteur de communication du club, mais comme il est fait par le club il ne reflète que ce que veut bien dire le club.

D’ailleurs, un club pro n’est rien d’autre qu’une machine de communication, le mot sport n’est finalement que l’objet social. Un club de foot pourrait ainsi se résumer par : « servir de vecteur de communication à l’échelle (inter)nationale, régionale, ultralocale ». Gagner des titres ? C’est le boulot des joueurs, c’est avec ça qu’on les motive pour courrir, c’est l’alibi pour faire vibrer le spectateur. Si les collectivités donnent de l’argent, si les entreprises donnent de l’argent, c’est pour se servir du club comme vecteur de communication, s’en servir à des fins politiques, ou calmer le peuple avec des jeux. Le reste n’est que folklore… En 1998, pendant la Coupe du Monde j’étais en Russie en stage, et le lendemain de la victoire en finale, la télé locale est venue nous filmer, l’image de la France était bien belle ce jour là : la France black-blanc-beur qui gagne, l’intégration réussie, les français qui font la fête pour oublier leurs problèmes….

Mais je m’égare, quoi que pas tant que ça. Ce club là a en effet une facheuse tendance à oublier qu’il n’est rien d’autre qu’une entreprise d’image. Alors j’ai souvent pesté. Quand l’information va plus vite à la presse qu’au site on se demande à quoi sert le site. Il est tellement pénible d’apprendre la signature d’un nouveau joueur le lendemain dans le journal local plutôt que de pouvoir l’annoncer soi même sur le site officiel !

En agence multimédia, on dit souvent au client qu’il ne sert à rien de faire un site, si le client n’a pas la réeelle volonté de communiquer avec. Faire un site pour la pure démarche intellectuelle et technique ne sert à rien. Faire un site pour dire « j’ai un site » ne sert à rien. Comme moi je déteste servir à rien, je préfère partir servir à quelque chose sur mon propre site : Cyberbougnat.net